Ceux de 14 Maurice Genevoix Flammarion

    
"Ce que nous avons fait, c'est plus qu'on ne pouvait en demander à des hommes et nous l'avons fait"   M. Genevoix.

C ceux de 14 2782   

Après avoir été blessé très grièvement au combat, en avril 1915 et soigné de longs mois, Maurice Genevoix retrouve Paris.  Il  se décide à témoigner de ce qu'il vient de vivre et commence alors, la rédaction de cinq livres qui relatent son expérience de la guerre.
De l'avis unanime, ses écrits sont empreints d'un grand humanisme et d'une grande bonté malgré les souffrances du temps. Sa mémoire, son souci de l'exactitude, et son sens de l'observation, leurs confèrent également une grande vérité documentaire.

"Ceux de 14" regroupe ces cinq livres "Sous Verdun", "Nuits de guerre", 
"Au seuil des guitounes", "La boue", "Les Eparges". Plusieurs fois remaniée par M. Genevoix lui même, la version définitive non-censurée date de 1949.
Cet ouvrage phare vient d'être réédité par Flammarion, enrichi de photos de Maurice Genevoix et de ses camarades au front.

Serge, les passeurs de mots, Majolire, Libraire en Nord-Isère.

.

Maurice Genevoix (1890-1980) fait de brillantes études universitaires à l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm. Il est Normalien en 1914 quand il s'engage dans l'infanterie. Sous-lieutenant, il participe aux combats du début du conflit. En avril 1915, aux Eparges, il est gravement blessé de trois balles. Réformé après sa longue hospitalisation, il rejoint Paris où ses maîtres l'encouragent à publier son témoignage de combattant. Ses premiers livres, "Sous Verdun" et "Nuits de guerre" paraissent avant même l'armistice. Certains passages sont censurés pour ne pas porter atteinte au moral de l'armée et de l'arrière. En alliant vérité historique et littérature, l'ensemble de ses récits de guerre, constitue un précieux témoignage sur la vie au front.                      M

Tout rapproche et tout oppose Maurice Genevoix et Ernst Jünger; c'est pourquoi ils figurent côte à côte dans ce blog. Pour plus de détails sur ce sujet, je vous encourage à écouter Brice Couturier dans sa chronique du 11 novembre 2013 sur le site de France Culture.
Ernst Jünger versus Maurice Genevoix.

M    Maurice Genevoix reçoit le Prix Goncourt en 1925 pour son roman naturaliste Raboliot. A la fois romancier animalier, naturaliste ou historique, il est aussi poète. Il est élu à l'Académie française en 1946, en devient le secrétaire perpétuel en 1958 et démissionne en 1974 pour se retirer en Sologne et continuer à écrire. Ecrivain prolifique, (plus d'une cinquantaine de livres publiés), il est aussi un habitué des médias, où son sens de la répartie, sa grande courtoisie, ses connaissances et sa délicatesse sont un ravissement. En 1980, il publie "Trente mille jours", une autobiographie, en quelque sorte. A cette occasion, il est reçu par Bernard Pivot sur le plateau d'"Apostrophes". Je vous invite à le retrouver sur le site de l'ina.fr  

  

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau