Les blessés psychiques de la Grande Guerre Louis Crocq Odile Jacob

  

Au lendemain de l'armistice du 11 novembre 1918, toute la France honora ses morts et glorifia ses héros. Mais, si les blessés physiques furent reconnus, soignés et pensionnés, qu'en fut-il de ceux qui en avaient été "quittes pour la peur"? Qu'en fut-il de ceux qui s'étaient trouvés ensevelis sous leur abri écrasé par les obus ennemis, qui avaient assisté horrifiés au spectacle de leurs camarades....     

                                                         4ème de couverture

   Les blesses psy de la grande guerre   

.... déchiquetés par les shrapnells, qui attendaient de monter à l’assaut alors que, derrière le parapet de la tranchée, ils voyaient ceux qui les devançaient s’écrouler un à un sous les tirs des mitrailleuses allemandes ?
De ceux-là, les blessures demeurèrent négligées, voire niées. 
Une fois la paix revenue, chacun s’en retourna à ses occupations et à ses plaisirs, infligeant à ces blessés invisibles ce deuxième trauma qu’est l’indifférence. 
Ce livre leur rend justice et montre à travers la grande richesse des tableaux cliniques comment l’approche des psychiatres a évolué, faisant progressivement primer l’hypothèse du choc émotionnel sur celle de la commotion physique. Comment, peu à peu, s’est imposé le concept de « névrose traumatique de guerre » qui rendait compte de la durée des symptômes et ouvrait à des méthodes thérapeutiques plus humaines.

Louis Crocq est psychiatre des armées et professeur de psychologie à l’université Paris-V. Il a créé les cellules d’urgence médico-psychologique au lendemain de l’attentat de la station du RER Saint-Michel en 1995. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Les Traumatismes psychiques de guerre.

Serge, les passeurs de mots, Majolire, Libraire en Nord-Isère.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau