Retrouver la guerre Stéphane Audoin-Rouzeau Annette Becker Folio histoire

  Retrouver la guerre  

Tandis qu'ont disparu les derniers combattants, la Grande Guerre nous revient, dans une tout autre lumière, comme la matrice d'où sont sortis tous les désastres du XXe siècle. Romans, films, recueils de lettres et documents, collections d'objets, sites historiques : une curiosité nouvelle s'exprime de la part des jeunes générations pour ce qui apparaît comme l'énigme d'un suicide collectif de l'Europe.
Du côté historien, c'est une équipe internationale réunie autour d'une expérience de terrain, l'Historial de la Grande Guerre de Péronne, dans la Somme. Stéphane Audouin-Rouzeau et Annette Becker s'en font ici les interprètes et les porte-parole. Il ne s'agit plus de savoir, comme autrefois, qui porte la responsabilité de la guerre ou comment se sont déroulées les opérations, mais d'explorer une culture de la violence, d'analyser un nationalisme de croisade, de mesurer la profondeur d'un deuil peut-être non terminé. 

                                                            Editions Gallimard

Cet ouvrage s'est vu décerné le Prix Ernest-Lemonon de l'Académie des Sciences Morales et Politiques en 2001 

Cet ouvrage, paru en 2000, est le fruit de la collaboration de deux historiens spécialistes de la Première Guerre mondiale, Annette BECKER et Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, qui dirigent le Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, dans la Somme, à l’origine d’un renouvellement de l’historiographie de la guerre. Respectivement professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris-X Nanterre et directeur d’études à l’EHESS, les auteurs ont reçu en 2001 pour "14-18 Retrouver la guerre" le prix Ernest Lémonon de l'Académie des Sciences morales et politiques. Ils ont aussi collaboré  pour l’écriture de La Grande Guerre, Paris, Découvertes/Gallimard, 1998.......

 ........Grâce à une certaine distance d’analyse, les auteurs s’estiment en mesure de fournir une nouvelle approche historiographique de 14-18. Loin de l’étude du déroulement du conflit et de la recherche des responsabilités, sujets maintes et maintes fois retournés, disséqués, ayant fourni depuis 1920 une littérature considérable, Annette BECKER et Stéphane AUDOIN-ROUZEAU se livrent ici à une analyse orientée vers les pans de la guerre ayant souffert d’une « amnésie collective », volontaire ou non. Ils soulignent l’ambiguïté des commémorations, qui élèvent au rang de « héros » les morts au combat, permettant aux survivants d’exorciser la mort, mais occultant de ce fait la douleur ainsi que le traumatisme engendrés par une violence inouïe pour l’époque. Elles sont aussi « accusées » de « tenter d’interdire toute prolongation du deuil, censées trahir ceux qui s’étaient sacrifiés au champ d’honneur ».

      Extraits "Fiche de lecture" du Forum des Etudiants de Sciences Po.

      Serge, les passeurs de mots, Majolire, Libraire en Nord-Isere.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau