Mémoires de femmes

Avec cette guerre, la vie des femmes a été très vite chamboulée. Les maris, les frères, les fils sont partis. Elles vivent, bien sûr, dans l’attente de nouvelles mais elles doivent faire face, remplacer les hommes pour assurer le quotidien et bien plus encore.

     Déjà, en août 1914, Viviani, président du conseil, lançait un vibrant appel dans les journaux : «  Il faut que les femmes achèvent les moissons, battent, engrangent le blé. Il faut que les femmes et aussi les vieillards et les enfants gagnent la bataille des vendanges. »            

     Très vite les femmes assurent la survie du pays, en France comme en Allemagne ou en Angleterre. Elles deviennent allumeuses de réverbère, poinçonneuses, balayeuses de rue, mécaniciennes, conductrices, machinistes… Elles travaillent en usine, dix, douze heures par jour à coudre des uniformes, des boutons, à fabriquer des casques. Elles fabriquent aussi des munitions, tournent les obus, les remplissent de poudre, de gaz…

 

p1130959.jpg

 

 

MecaniqueP1130948Image012Image010